Arriverez-vous à écrire l'histoire à votre façon?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kogarasu le maitre des quatre lames

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kogarasu
Membre de The Calamity
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Âge : 26
Maître : Un maître?

MessageSujet: Kogarasu le maitre des quatre lames   Lun 12 Juil 2010 - 14:15

[list]Informations personnelles



•Nom : inconnu

•Prénom : Kogarasu

•Royaume natal : terres inconnues

•Âge : 5000 ans mais a l’apparence d’un homme de 35 ans

•Classe de personnage : bras armé de the Calamity



Informations psychologiques



•Caractère : Kogarasu est le genre d’individu qui n’hésitera pas à vous poignarder dans le dos si il juge que vous ne lui servez plus à rien ou si il trouve un quelconque intérêt à faire cela. C’est un homme qui ne vit que pour un seul but, devenir le plus puissant et ce quelqu’en soit les moyens employés. Mégalomane et hypocrite de nature, il justifie ses actes par une phrase « la faim justifie les moyens ». Personnage redoutable et efficace dans ce qu’il entreprend de faire. Il probablement l’un des atout majeur de The Calamity et son caractère lui a permis de se hisser au rang de lieutenant aux yeux de Jigoku qui lui confie les tâches les plus importantes lorsqu’il s’agit de se rendre sur le terrain. Vous l’aurez compris à l’instar de Zukuri/Zuruki qui elle reste à l’arrière pour contrôler les opérations, Kogarasu peut être considéré comme le faire de lance de ce groupe où il est considéré aux yeux des autres membres comme le plus efficace. S’il vous croise en travers de sa route, la question de vous épargner ne s’immiscera même pas dans son esprit diabolique et cruel.

•Défauts : Fourbe, faux, cupide

•Qualités : Minutieux, impitoyable, intelligent

•Aime : Le pouvoir, briser ses adversaires, vous ai-je dis qu’il aimait le pouvoir?

•N’aime pas : Les gens qui se disent œuvrer pour le bien de tous

•Point fort : Sa rapidité, son sens de l’adresse, son expertise en la magie noire, ses katana, sa très grande expérience.

•Point faible : La magie blanche, sa cupidité, sa fierté

•Peur : De perdre la mémoire

•Autre :



Informations physiques



•Description physique : Plutôt grand (1m87), un corps élancé presque athlétique, cou puissant, contours du visage visible, joues légèrement creuses, fine bouche, nez proportionnel se mariant bien avec l’ensemble du visage, son regard sombre aux petits yeux pâles de couleurs grise aux reflets bleu clair accentue son allure sinistre. Sa coiffure est assez originale, ses longs cheveux corbeau forment des dreadlocks retombant sur ses épaules, sa nuque et ses pectoraux. Les cheveux en haute de son crâne sont plus courts et sont attachés de façon à former une petite queue de chevale. Hormis un petit bouc au menton, il est toujours rasé de prêt.
Sa tenue est formée d’une paire de bottes noires aux bouts pointus, d’un large pantalon de tissu noir aux reflets bleus foncés, une ceinture de cuir beige kaki recouvrant du métal souple, d’un haut d’armure composé d’épaulettes larges marqués de runes et de plaques protégeant les bras ainsi que les coudes et les avant-bras, elles sont de couleurs verts foncés aux reflets bleus, l‘armure se finit dans le haut du dos pour qu‘elle puisse tenir puisqu‘elle ne comporte pas de plastron. Il complète cette tenue par un long manteau noir sans manche recouvert des hanches aux aisselles en passant par le dos de haut en bas d’écailles très résistantes d’un dragon mâle des terres inconnues noires aux reflets kakis et jaunes, le manteau recouvre l’armure dans le dos. Pour finir, il porte des gants de soie noir, un collier de cuir incrusté de runes, une grosse écharpe bordeaux déteinte noué autour des hanches, un parchemin pendant à partir de la hanche droite et trois fourreaux avec leur katana respectifs, dont deux à la hanche gauche et un attaché juste au-dessus du parchemin. Kogarasu a la peau légèrement bronzée.

•Race : Humain

•Signe distinctif : Porte une petite onyx (pierre précieuse noire) incrustée au milieu de son front.

•Arme : Manie quatre redoutables katana, parchemin rassemblant tout un tas de sorts. Chacun des katana est extrêmement tranchant et le 1er + 4ème de la liste sont les plus tranchants. Le parchemin qu’il possède lui procure de très grandes connaissances.
Description des 4 katana: - 1er accroché à la hanche gauche: nommé « fil noir »: Ensemble noir, Habaki dorée, Tsuba carrée, ajourée, lame droite. Dimensions (environ) : longueur de la lame : 67.5 cm, largeur de la lame (maxi) : 2.8 cm, longueur totale (hors fourreau) : 107 cm.
- 2ème accroché en dessous du 1er: nommé « dispersion »: Ensemble noir, Habaki argenté, Tsuba carrée. Quatre lames (longueur : 17 à 19.5 cm) logées dans le fourreau (Saya, résine noire). Dimensions (environ) : longueur de la lame : 66 cm, largeur de la lame (maxi) : 2.5 cm, longueur totale (hors fourreau) : 92 cm.
- 3ème accroché à la hanche droite: nommé « furtif »: Ensemble noir, la zone de visible de la lame noire est gravée avec une inscription en or. Dimensions (environ) : longueur de la lame : 66.5 cm, largeur de la lame (maxi) : 2.6 cm, longueur totale (hors fourreau) : 95 cm.
- 4ème qu’il fait apparaître magiquement: nommé « souffle des ténèbres »: Ensemble noir, Hakabi noir, Tsuba carrée, lame droite. Deux points rouges sur chaque côté du manche. Reflets argentés visibles au bout de la lame et petites runes visible sur le tranchant au bout de la lame. Dimensions (environ) : longueur de la lame : 78.5 cm, largeur de la lame (maxi) : 2.4 cm, longueur totale (hors fourreau) : 100 cm.

•Autre :



Informations sociales



•Famille : Kogarasu n’a jamais connu ses parents, il a été élevé par un groupe de moines-guerriers retranché au sommet d’une montagne tout à l’Est où il n’est pas rare de voir de la neige. Il ne s’est jamais bien entendu avec eux malgré leur gentillesse et leur dévotion total à servir le bien. Kogarasu n’a cessé de se montrer pragmatique jusqu’au jour où il massacra de sang-froid les moines afin de s’emparer d’armes puissantes que les moines gardaient pour qu’elles ne tombent jamais entre de mauvaises mains. Ironies du sort n’est-ce pas?

•Relations [votre réaction face à l'amitié, l'amour, les liens avec d’autres personnages, etc] : Kogarasu ne pense qu’à lui et méprise la faiblesse, il estime qu’on ne peut compter que sur soi-même. Il n’a jamais créé un lien amical avec les autres membres de The Calamity qui sont pour lui des compagnons de fortune. Seul Uraeus a le privilège d’être considère non pas comme un ami mais comme un individu à la psychologie identique que Kogarasu respect. Entre eux une alliance secrète se serait formée.



Informations magiques



•Pouvoirs : Propagation du froid nécrose, lame chauffante, flux des ténèbres, vol, rapidité extrême, habilité accrue, vague dévastatrice, perforation magique, amplification ancestrale, résistance du dragon, réserve magique, déplacement d’air, lame du vent.

•Description de vos pouvoirs : Kogarasu : - Flux des ténèbres: Peut projeter un rayon noir comme la nuit éternelle de la paume propageant une grande souffrance en l’individu qui est touché. A haute dose ce genre de rayon peut provoquer de terrible dégâts internes.
- Vol (passif): Kogarasu peut contrôler ses mouvements comme si il était en lévitation mais avec l’aisance d’une libellule, ceci se fait par un procédé mentale.
- Rapidité extrême (passif): Il peut exécuter ses mouvements à une grande vitesse, demandant à ses adversaires un très bon sens de la perception et une grande concentration.
- Habilité accrue (passif): Kogarasu est extrêmement habile suite à ses longs et nombreux entraînements, en plus des combats qu’il eut à livrer jusqu’à maintenant.
- Résistance du dragon (passif): Les écailles qu’il porte accroché dans le tissu de son manteau lui confèrent une grande protection contre les attaques magiques et les armes.
- Réserve magique (passif): La pierre précieuse greffée sur son front lui confère une source de pouvoir importante.
- Déplacement d’air: Kogarasu peut créer de terribles bourrasques pouvant déstabiliser ses adversaires.
Furtif (katana n°3): - Lame du vent: Projète de fines vagues vertes de la taille de la lame pouvant trancher à distance.
Fil noir (katana n°1): - Lame chauffante: La lame est entouré d’un fin aura rouge rendant la lame très chaude, lui permettant de trancher nettement n’importe quel matériau allant de la peau de l’homme au granite.
- Perforation magique: La lame peut passer à travers les boucliers magiques.
Souffle des ténèbres (katana n°4): - Lame chauffante: Même effets que le pouvoir de « fil noir » à l’exception que la lame ne dégage pas de chaleur et que l’aura est remplacé par de la vapeur noire.
- Perforation magique: Même effet que le pouvoir de « fil noir ».
- Vague dévastatrice: Peut projeter une grande vague mauve et lumineuse de 5 mètres de long avec la largeur de la lame. Avant d’être projetée, la lame de « souffle noir » devient mauve éclatant. La vague a pour effet de trancher tout en explosant au contact de quelque chose de solide.
- Amplification ancestrale: A pour effet de booster les pouvoirs de Kogarasu.
- Propagation du froid nécrose: La solide lame est extrêmement froide comme si elle avait été forgé dans de la glace. Lorsqu’elle touche quelque chose sa surface est recouvert de givre et si la lame blesse un être organique la température de l’individu va baisser tout en créant une encolure qui créera à son tour un début de nécrose (= les cellules ne reçoivent plus d’oxygène ce qui fait pourrir l’ensemble, une fois créée la nécrose va se propager faisant pourrir l’ensemble du corps. La nécrose marche comme une infection qui se propage).

•Restriction [durée de repos nécessaire, énergie demandée, etc.] : Kogarasu doit avoir les katana en mains pour utiliser leur pouvoirs respectifs.
Si la pierre greffée sur son front est retirée, seul ses pouvoirs passifs seront utilisables.
Pour utiliser « souffle des ténèbres », Kogarasu doit dessiner un pentacle avec son sang dans chacune de ses paumes puis joindre ses mains en convoquant l’arme par son nom.

•Autre [objet, besoin demandé pour que tes pouvoirs marchent] : [non obligatoire]



Informations historiques



•Histoire : Chapitre 1: Le vilain petit canard

Un vent frais caressait mon visage, comme chaque matin depuis vingt-cinq ans je m’afférais à aller chercher la nourriture que laissaient les animaux des environs. Cette tradition absurde que les Anbalorians avaient instauré à leur arrivée il y a des siècles dans cette montagne. Parmi tant d’autres traditions comme celle qui disait qu’on devait laisser les animaux partager la nourriture avec nous et non le contraire. Personnellement je serai partis à la chasse pour me faire une grillade de bouquetins. A chaque que je leur disais le fond de ma pensée, ces abrutis de moines que récitaient à chaque fois leur maudits proverbes dont j’en avais rien à faire. Avant quand j’étais petit et qu’on nous apprenait toutes ces truc je me disais que quand je serai adulte ça irait mieux, et bien je m’étais trompé, c’est maintenant encore pire.
Le seul moment que j’appréciais, c’était la fin d’après-midi où on s’entraînait. J’aimais bien, pour ceux comme moi qui était né avec des pouvoirs ce moment car c’était le seul où l’on pouvait les utiliser. Et oui paradoxalement ceux qui possédaient des pouvoirs n’avaient pas le droit de les utiliser en-dehors de l’entraînement qui avait pour but de nous aider à nous maîtriser. N’importe quoi selon moi. A quoi bon avoir des pouvoirs si on ne devait pas les utiliser?
A cette question, le très haut, si vous voulez faire simple le patriarche me disait que c’était pour préserver l’équilibre naturel des choses. En parlant de lui, pour moi c’était le plus faillé d’entre eux. Une fois je lui ai demandé pourquoi on s’entraînait si c’était pour rester toute sa vie dans ce coin pommé. Il m’a répondu qu’on avaient le devoir en tant qu’Anbalorians d’honorer la mémoire de nos ancêtres qui avaient juré devant les dieux de protéger et de s’assurer que personne ne s’emparerait de ces deux armes. A cela je lui ai répondu que je n’avais rien à faire ici alors puisque je n’étais pas né Anbalarians. Je me souviens encore de sa réaction « si tu es avec nous c’est parce que le destin en a décidé ainsi ». Je m’en souviens bien parce qu’en entendant ces paroles je me suis enfuis pendant trois, si Oriu ne m’avait pas rattrapé je ne serai jamais revenu. Je vous le présenterai une autre fois celui-là. Vous voulez connaître cette belle histoire, alors prenez un siège et un oreiller car faut s’accrocher pour rester éveillé jusqu’au bout.

Chapitre 2: Les deux lames ancestrales de Tel’mùr nyr

La légende raconte qu’un grand guerrier respecté de tous même de ses ennemis, avait vendu une part de son âme un démon et l’autre à un ange pour qu’il reçoive de leur part deux lames, appelées par les Anbalorians katana, portant le nom de « souffle des ténèbres » pour celle forgée par le démon et de « angoku » pour celle forgée par l’ange. Chacune des armes offrait à son possesseur de grands pouvoirs et lorsqu’un même possesseur détenait les deux ses pouvoirs se voyaient décuplés à légal d’un dieu. Son but en possédant ses armes était de vaincre un monstre à la puissance dantesque qui menaçait toute vie existante que se soit dans le monde des humains que celui des démons et même des dieux, des récits racontent que le monstre pouvait même dévorer les âmes des défunts.
L’ange accepta ce marché mais à une condition, que le guerrier détruise les armes après avoir tué le monstre. Pour que cela se fasse l’ange plaça dans « angoku » la faculté de détruire l’autre lame et un lien qui faisait que si l’une des arme était détruite l’autre suivrait le même sort d’elle-même. Seulement le démon ayant était mis au courant de cette condition décida d’apporter une modification à « souffle des ténèbres » qui avait pour but de rendre indestructible la lame si « angoku » était tenue par un être aux mains couvertes de sang.
Le guerrier n’ayant pas été mis au courant des modifications du démon ne s’aperçu du problème que le moment venu. Ne savant quoi faire et voyant sa parole remise en question auprès de l’ange, il se tourna vers un peuple de moine-guerrier vivant en autarcie au sommet d’une grand montagne qui se nommait Anbalorians. Ce peuple qui avait fait vœu de servir les dieux et de rester pacifique accepta de garder les dangereuses armes dans son temple afin de protéger la paix si fragile de ce monde. Le guerrier ayant perdu son honneur et sa dignité décida de rester avec les moines.
Je pense que ce guerrier est la risée des combattants, avec ces armes il aurait pu devenir roi et même plus. Au lieu de cela, il perdit cette belle opportunité. Quel crétin, avec de tel pouvoir il était mettre de son destin et de celui de tout être.

Chapitre 3: Une haine grandissante

Bizarrement vers l’âge de quinze ans un curieux sentiment s’installa en moi. C’était plus fort que moi, chaque fois qu’un de ces moines me parlait, chaque fois que j’en voyais un, chaque fois que je pensais à quelque chose ayant un lien avec eux j’avais l’irrésistible envie de leur arracher la tête. Ce sentiment valait pour tous, même pour Oriu. Oriu, c’est le gars avec qui j’ai crée un lien amical. Il avait mon âge et on était tout le temps ensemble. On s’entendait plutôt. Sauf quand on parlait de ce qu’on pensait des traditions des Anbalorians car lui aussi était de l’avis du patriarche et il était voué à en devenir le prochain. Maintenant je m’entends de moins en moins bien avec lui, bien qu’il essaye sans arrêt de me faire comprendre que c’est comme ça et pas autrement…en fait il ne valait pas mieux que les autres. Tous avec leurs cheveux blancs que ce soit les enfants, les vieillards…tous avec leur peaux de bêtes sur le dos. Oriu avait les cheveux blancs lui aussi, courts comme les autres sauf quand ils préféraient se raser. Maintenant que j’y repense, tout nous oppose. Ils ont les cheveux blancs, j’ai les cheveux noirs. Ils préfèrent rester pacifique et rester sur leur maudit sommet, je désire partir à l’aventure et combattre de puissants adversaires. Ils restent fidèles à leur principes, j’en ai rien à battre de toute ces conneries. Maintenant que je fais la comparaison, je me dis qu’ils ne méritent même pas d’être en ma présence. Ce sont tous des faibles. Seuls Oriu, le patriarche et moi-même avons des pouvoirs. Rien ne m’empêcherai de partir loin, très loin car je suis le meilleur.

Chapitre 4: Rupture

La nuit avait envahi les lieux. J’étais le seul encore debout, j’avais pris ma décision et je ne devais pas faire machine arrière. J’ai longuement pensée à tout ce que je pensais depuis quelques temps. Du rôle de ces moines, de ma place ici, de cette dévotion à la protection et au pacifisme. J’avais montré dés mon plus jeune âge ma propre pensée mais on refusait de m’écouter, on se butter à m’enseigner cela alors que je ne voulais pas. On apprend à se battre pour rien faire mais je n’ai pas envie de rien faire. Je n’ai pas envie de moisir ici. Je n’ai pas envie de me plier à ces traditions. Je n’ai pas envie de « servir » des dieux qui ne font rien pour nous et qui ne feront jamais rien. J’ai prêté le serment à contre-cœur car même si on refusait on y était obligé selon eux. Aujourd’hui j’annonce que plus jamais je me laisserai diriger, plus jamais on me dictera ma conduite, plus jamais on me manipulera et plus jamais je n’aurai à voir tout ces pauvres fous.
Dans un silence absolu et à pas feutrés je pénétrais dans la grande salle du temple. Tranquillement je vérifiais si j’étais bien seul. Oui je l’étais. J’accélérais le pas vers la lourde porte en bronze qui se tenait derrière les cousins où se posait le patriarche la journée. Quel fainéant celui-là. Sans attendre plus, je fis un effort pour pousser les porte et entrer. C’était la première fois que j’entrais dans ce lieu. A ma grande surprise un chemin qui semblait avoir été creusé dans la roche. Je suivis le chemin qui semblait s’enfoncer dans les entrailles de la montagne. Au bout, je découvris un petit pont de pierre assez large pour un homme. Les armes étaient posaient sur un sorte de tombeau dans le sens de la largeur. Je jetais un coup d’œil pour estimer la profondeur du gouffre dont on ne voyait pas de fond, puis je me rendis en face des manches des armes. Une lame noire. Une lame blanche parsemée de runes. Je ressentis une sorte d’appel de la lame noire, comme si elle essayait de me séduire. Je ressentis soudain la haine que j’avais envers ces moines. Je saisis le katana noir puis m’apprêta à prendre le second après avoir observé les runes au bout de la lame noire. Soudain je perçus une pression sur mon épaule et on me força à me retourner.

« Que fais-tu malheureux!! »

C’était le patriarche qui semblait à la fois empli de colère et de confusion. Je le regardais sans pour autant avoir de quelconque réaction.

**Qu’est-ce que tu comptes faire vieillard m’empêcher de m’emparer de ces armes. Tu vas me tuer c’est ça. C’est beau de rêver.**

Je le saisis par le col et le souleva légèrement.

- Je t’en pris tu ne sais pas le mal que causeras ces armes. Ne commet pas cette erreur.

- Vous êtes bien naïf…

- Non fais pas ça Kogarasu!!

Chapitre 5: L’acquisition d’une réserve sans limite

Cinq années s’étaient écoulés, malheureusement pour moi je ne possédais que « souffle des ténèbres » mais finalement je saurais m’en contenter. Les facultés qu’elle fournissait, étaient grandioses jamais je n’avais ressentis un tel pouvoir entre mes mains. J’ai l’impression que je pourrais asservir tout les peuples de ce continent. Durant ces cinq années je n’ai cessé de m’entraîner, de me perfectionner et de me rapprocher du combattant ultime. Des fois il m’arrive de massacrer quelques groupes de combattants par-ci par-là histoire de voir ce que je vaut. Mes pouvoirs n’ont cessé d’accroître. Je me sens plus fort et je compte bien acquérir encore plus de puissance. Je me suis intéressé à une histoire que des gens se racontaient dans une taverne. Apparemment un dragon faisait de nombreuses attaques dans la région et semblait posséder quelque chose de magique qui le rendait plus redoutable que ses congénères. Rapidement je réussis à localiser le nid de la bête éthérée et m’étais empressé de la rejoindre.
Sans aucune peur je m’approchais du nid, tandis que l’énorme créature aux écailles noires à reflets kakis se dressait prête à en découdre avec l’intrus que je représentais. La bête déploya les ailes et fonça vers moi à raz le sol pour me happer. J’entendis le dernier moment pour me glisser contre le flanc en entendant la mâchoire claquer et sauter vers l’aile gauche pour fouetter l’air de l’arme du démon qui sépara de son possesseur qui ne tarda pas à s’écraser lourdement au sol, même si il n’était pas haut cela provoqua une petite secousse. Je me réceptionnais au sol en prenant « souffle des ténèbres » à deux et fit volte-face en déviant d’un appel d’air un jet de flamme qui m’était destiné. Maintenant je devais en finir, j’avais pris l’ascendant et la bête ne savait que faire devant un être aussi petit qui lui faisait quand même face.
Je courus en direction de sa gueule qui tenta de se refermer sur moi, seulement je possédais une lame que même ces écailles ne pourraient stopper. Il n’était qu’une question de timing. Soit je finissais dévoré, soit j’écaillais la bête. En me jetant dans la bouche j’exécutais un tour sur moi-même pour séparer la bouche du dragon du reste de sa tête. Du sang coula à flot et les cris d’agonie se firent probablement entendre dans toute la région. La bête ne pouvant plus se défendre et étant à ma merci, je ne fis point reculer la fin que je lui offrais. Sans difficulté je fis sauter la tête et l’analysa méticuleusement avec comme espoir de trouver la source du pouvoir de ce dragon. Au milieu de son front une étrange pierre noire semblait incrustée, comme si quelqu’un l’avait placé là. Sans attendre je la saisis et partis en emportant quelques souvenirs.

Chapitre 6: Un parchemin pas comme les autres

J’ai enfin trouvé ces ruines dont parle les récits en rapport avec la légende. Apparemment une bataille à eu lieu il y a longtemps en ces lieux à en juger par l’état des pierres utilisées pour la construction. La question est: pourquoi ici?

« Je peux répondre à cette question. »

Une voix féminine au ton dénué d’émotion m’interloquait.

- Vous pouvez lire dans les pensées? Demandais-je par curiosité.

- Oui. Me répondit-elle en se rapprochant.

Cette femme était assez grande 1m80 environ. Elle semblait en savoir bien plus que moi. Aussi après une rapide réflexion je pris la décision de poursuivre la discussion.

- Vous savez ce qui c’est passé ici?

- Des hommes ce sont opposés au pouvoir en personne.

- Comment ça?

- Un être égalant la puissance d’un dieu a livré son dernier combat dans ce qui est maintenant de simples ruines. Enfin c’est ce que les guerriers ont cru lorsqu’ils l’ont vaincu.

- Il a été tué?

- Pas totalement. Il a été enfermé dans une sorte de prison.

- Intéressant.

- Pourquoi êtes-vous venu ici?

- J’espérais trouver quelque chose qui me servirait.

- Il y a bien un objet qui pourrait vous satisfaire.

- Je vois. J’imagine que vous savez ou il se situe.

- C’est exacte. Si vous m’aidez à l’atteindre car il est bien protégé, je vous le donnerai après l’avoir utilisé et je pourrais vous offrir bien plus.

- Comment vous vous appelez?

- J’ai plusieurs noms, la plupart du temps on me nomme Zukuri ou Zuruki en fonction des personnes. Vous vous appelez Kogarasu, j’ai déjà eu vent de vos actes c’est vraiment impressionnant. Vous au moins vous savez ce que vous voulez.

- Très bien j’accepte votre proposition mais je savoir ce que vous ferez avec cet objet.

- Vous ne manquez pas d’air. Très bien je vais vous le dire. Il s’agit d’un parchemin comportant des sorts mais il s’agit aussi d’une clé qui me permettra d’invoquer.

- D’invoquer quoi?

- La calamité.

hj : La présentation avec des images complémentaires se situe dans la section évènements et quètes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardec
•The Unf○rgiven•
avatar

Masculin
Nombre de messages : 382
Âge : 27

Feuille du Personnage
Âge: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Kogarasu le maitre des quatre lames   Lun 12 Juil 2010 - 14:17

Excellente présentation, je garderai tout de même un oeil sur ton rp afin que tu ne fasses pas de power trip Very Happy .

Accepté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kogarasu le maitre des quatre lames
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magister, maitre des sangraves [Pris]
» maitre chem
» l'amour d'un chat pour son maitre
» Azadeh Shah [Maitre Coq]
» tambour et contre maitre orc compatible avec Isengard?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: . Personnages . :: ● Présentations des personnages :: » Scélérats-
Sauter vers: