Arriverez-vous à écrire l'histoire à votre façon?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Evangeline Aurion, come back

Aller en bas 
AuteurMessage
Evangeline Aurion

avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Âge : 26
Maître : la Vie

Feuille du Personnage
Âge:
Relations:

MessageSujet: Evangeline Aurion, come back    Dim 23 Jan 2011 - 17:51

Voilz voila, comme annoncé il y a quelques mois, la semi-elfe revient fouler les terres d'Enkidiev Smile

    I N F O R M A T I O N S P E R S O N N E L L E S

    • Nom : Aurion
    • Prénom : Evangeline
    • Royaume natal : Royaume des elfes
    • Âge : 17 ans
    • Classe de personnage : Combattante magique (en gros, le fléau de tout bon magicien/sorcier/shaman/etc)


    I N F O R M A T I O N S P S Y C H O L O G I Q U E S

    • Caractère : Evangeline n’est pas un personnage que l’on peut cerner facilement, en effet, cette ancienne écuyère au caractère impérieux à complètement changé depuis trois ans. Maintenant, elle est de nature calme et posée, peut être insensible à certains moments. La semi-elfe à murie jusqu’à posséder un don d’analyse assez développé : en mauvaise posture, elle serait capable de réfléchir et trouver rapidement le meilleure choix à faire pour s’en sortir, quitte à utiliser des gens pour y arriver.
      Mais à côté de cela, il y a Alhelujah, l’alter ego de la jeune fille qui fut, il y a longtemps, membre de la première génération des chevaliers d’Emeraude. Cet homme est l’image même du chevalier dont les pouvoirs viennent du magicien de cristal : fier et téméraire, il ne s’abaisse pas à considérer les personnes faibles comme de véritables êtres vivants et aime par-dessus tout profiter des cadeaux que lui offre la vie (femmes, boissons, j’en passe et des meilleurs). Même s’il est conscient d’être dans le corps d’une fille, si c’est lui qui prend le contrôle, il n’hésitera pas à aller chercher des occasions d’aller s’amuser avec d’autres femmes. (Vous voila prévenues, mesdames ^^)

    • Défauts : Comme annoncé plus haut, Evangeline est calculatrice, pour elle tous les moyens sont bons pour rester en vie, quitte à disposer de la vie des autres. En ce sens, elle diffère de la pensée des chevaliers d’Emeraude, et c’est aussi pour cela qu’elle a décidé de ne pas revenir chez l’ordre. De plus, dès le premier contact avec elle, vous aurez l’irrésistible impression d’être devant une personne froide au possible, cela étant due à son langage souvent trop brutal mais pas vraiment voulu. En somme, Evangeline, dont le problème est sa trop grande sincérité, passe pour une personne insensible.
      Lorsque c’est Alhelujah qui prend le relais, les choses changent. En effet, l’ancien chevalier n’a aucun problème de communication, mais a la fâcheuse tendance à se ramener des ennuis. Sa conduite hautaine en est surement la cause, mais le fait qu’il s’emporte rapidement doit aussi jouer. En effet, l’ancien chevalier est à la fois téméraire et colérique, deux traits de caractères dont Evangeline aurait bien voulu se passer puisque c’est son corps qui subit les contrecoups de cette attitude dangereuse.

    • Qualités : On aurait put croire qu’Evangeline ne se soucierait que de sa petite personne, mais il s’avère que sa courte éducation lui ai donné un grand sens de l’honneur, même si jamais elle n’irait jusqu’à sacrifier sa vie pour quelqu’un. De plus, son côté calculatrice est aussi couplé avec une grande intelligence qui l’a souvent aidé à se sortir de situations dangereuses. Enfin, malgré une attitude froide, Evangeline n’en reste pas moins une très belle jeune fille qui attire les regards.
      Pour l’alter ego de notre demi-elfe, on retrouve aussi chez lui un très grand sens de l’honneur, si quelqu’un lui sauve la vie, par exemple, il se sentira obligé de lui rendre la pareille. De plus, son attitude casse cou à développé chez lui des réflexes plutôt impressionnants lui permettant de se sortir de pièges dans lesquels il s’était fourré. Pour finir, son passé en tant que chevalier d’Emeraude et son talent oral naturel font de lui quelqu’un d’éloquent, sachant parler à n’importe quel interlocuteur.

    • Aime : Evangeline aime la paix. C’est un trait indéniable de sa personnalité, elle préfère être allongée au milieu d’une vaste et paisible plaine plutôt qu’entourée de gens bruyants. Elle aime aussi la lecture, une activité paisible à laquelle elle s’abandonne autant qu’elle peut, sa soif de connaissance est insatiable.
      Alhelujah est différent, il aime s’entourer de personnes qu’il pourra utiliser pour s’élever dans la vie, batifoler avec de jolie jeunes femmes ou encore disputer un duel avec un maitre d’arme. C’est le genre même de personne qui se sent bien dans une cours.

    • N’aime pas : La semi-elfe déteste les guerres, car elles n’apportent que la mort et le désespoir. Alhelujah exècre au plus haut point la faiblesse.

    • Point fort : le charisme. Tout son être est emplit d’une majesté qui ferait pâlir d’envie la plupart des monarques, que se soit par les actions d’Evangeline ou l’élocution d’Alhelujah, les gens suivent naturellement la demi-elfe. Cela permet, par exemple, à Evangeline de former un petit groupe (comme une armée, mais elle ne veut en aucun cas devenir un simili général) et d’en assurer la cohésion. De plus, c’est une guerrière accomplie dans le maniement de la lance, l’épée et l’arc.

    • Point faible : la peur de mourir. Evangeline craint plus que tout la mort, que se soit la sienne ou celle d’une de ses connaissances. Ainsi, elle fera tout pour rester en vie, mais perdra un peu ses moyens devant un cadavre.

    • Peur : la peur de la mort.

    • Autre : nada/


    I N F O R M A T I O N S P H Y S I Q U E S

    • Description physique : Evangeline est une demi-elfe de dix-sept ans. Malgré son accoutrement de soldat (d'élite, il faut bien le dire), son visage fin et anguleux, ses membres fin -en apparence- mais musclés et ses cheveux longs couleur d'or la prédisposent plutôt à une vie de princesse. Mais encore une fois, ne vous fiez pas aux apparence, cette jeune fille est faite pour le combat et le commandement. Comme tous les Earis, elle reste un peu plus grande que les humaines normales avec ses 178centimètres pour 56kilos. Mais, bien que combattante, Evangeline n'en reste pas moins une femme, comme l'attestent ses formes aguichantes nullement cachées par son armure, sa démarche féline et ses longs et soyeux cheveux blonds. Ses yeux sont, quand à eux, semblables à deux lacs gris sans colorations.

    • Race : Hybride humaine-Earis (catégorie d’elfe, appelée aussi Hauts elfes, rompus dans l’art de la guerre et légèrement moins dans la magie)

    • Signe distinctif : Une cicatrice en forme de pentagramme autour de son œil gauche, source de ses pouvoirs. Avec le temps, celle ci est devenue de moins en moins visible et maintenant, seul un examen minutieux de son visage permettrait de la détecter.

    • Arme : Evangeline porte sur elle une quantité impressionnante d'armes:
      -Caladbolg: arme principale de la jeune fille, Caladbolg est une arme transmise depuis des années dans la famille-dynaste des Earis. C'est une épée-sabre à un tranchant et dont la lame légèrement arrondie est faite d'argent elfique. Du type épée à une main et demie, elle mesure en tout 123 centimètres pour un poids d'environs 1.9kg, la poignée est recouverte de peau de raie dans le teint beige/chair pour plus de maniabilité.


      -Gaebolg: second trésor de la famille-dynaste, c'est une lance à la hampe d'argent elfique teintée de rouge sang. Cette arme de 203 centimètres est terminée par une lame pourpre de 23centimètres, l'un des points forts de cette lance est sa facilité à être transportée. En effet, la hampe de Gaebolg à la particularité d'être télescopique. Ainsi, les différentes parties de la hampe (qui sont creux) peuvent coulisser pour ne former qu'une poignée de 38 centimètres, plutôt facile à transporter. De plus, comme toutes les armes en argent elfique, Gaebolg possède une durabilité supérieure aux armes standards.

      -Sylphide: troisième trésor de la famille-dynaste, cet arc taillé dans le bois d'un If millénaire est renforcé par de fines plaques d'argent elfique, ce qui lui permet d'être aussi utilisé pour se défendre au corps à corps sans prendre le risque de le briser. C'est une arme de 98 centimètres de long doté d'une très grande portée.


      -Fafnir et Siegfred: les deux dagues jumelles, mais diamétralement opposées. Un conte Earis est à l'origine de ses deux dagues. D'après lui, Siegfred était un jeune Earis ne connaissant pas la peur, toujours le soldat fauchant le plus d'ennemis, toujours celui qui donna une opportunité de vaincre à ses alliés, il se retrouva un jour perdu en Irianeth. Conscient de l'extrême danger de cette situation, il partit néanmoins accomplir son impossible quête: tuer Fafnir, un dragon volant, le plus fort de son espèce. Il est dit que Siegfred trouva deux dagues durant son périple, l'une blanche comme le jour et l'autre sombre comme la nuit. Trouvant le dragon, il se cacha dans un puits et attendit que Fafnir vienne y boire. Le moment attendu arriva, et l'Earis planta les dagues dans les yeux de son ennemi. Aveuglé, celui ci ne put repousser efficacement les assauts de l'elfe qui se fit tout de même blesser à l'épaule. Revenu chez les siens, Siegfred devint un guerrier légendaire, tous louaient ses exploits, mais un drame arriva fort peu de temps après... La blessure causée par le dragon avait été empoisonnée, et l'elfe mourut très vite de cette blessure. Les Earis disent depuis lors que Siegfred est celui qui permit le fondement de la famille-dynaste.
      Toutes les deux longues de 34 centimètres, l'apparence physique des deux armes diffèrent radicalement. Ainsi, Fafnir est une dague d'acier noir veiné de pourpre alors que Siegfred est une lame claire sans aucun altération de la couleur de l'acier. D'après l'histoire, Fafnir aurait reçu ses veinures suites à son contact avec le sang du dragon lui ayant donné son nom. Se sont toutes les deux des dagues incurvées qu'Evangeline porte dans deux fourreaux de chaque côté de ses côtes.

      -Gyzsalph: ce sont des couteaux de lancer Earis, Fabriqués en argent elfique, ces poignards son de véritables œuvres d'art, légers, effilés au possible mais tout de même très résistants. Evangeline possède dix neuf de ces lames de 8 centimètres de long qu'elle cache dans ses habits. On dit que seuls les meilleurs soldats peuvent se targuer d'utiliser les Gyzsalph: un ancien décret à totalement interdit la fabrication de ces armes inaltérables et les familles les plus méritantes se sont partagé le stock déjà créé, à savoir les 711 lames. Elles se transmettent habituellement de génération en génération à ceux qui ont déjà prouvé leur valeur. On dit enfin qu'un Earis utilisant les Gyzsalph est invincible, car le fait de laisser une de ces armes dans des mains non Earis est passible de mort et de destitution du rang martial de la famille du coupable, ainsi, un elfe brandissant ces armes est toujours prêt à aller jusqu'au bout pour gagner ses combats et transmettre ses armes.


      -Hymneï: tenue de combat des membres de la famille-dynaste, ces vêtements sont en fait une armure complète car le tissus, d'une très grande qualité, est renforcé par de l'Hymn, de très fins fils d'argent elfique tressés. Ainsi, cette tenue est d'une très grande résistance et d'une durabilité à toute épreuve. Elle se compose de trois parties distinctes: une courte tunique blanche entièrement faite d'Hymn et dont la seule partie visible est le bas de la jupe. Puis vient la première couche de tissus mêlé d'Hymn donnant une couleur bleu froid très clair recouvrant en grande partie la jupe du premier vêtement. Enfin, la troisième partie de l'armure recouvre les bras, le torse et la poitrine de la semi-elfe. Deux épaulières d'argent elfique viennent compléter cette armure à la fois résistante et légère.


    • Autre : Les yeux d'Evangeline sont gris métal, mais c'est une tout autre histoire lorsqu'elle utilise ses stigmates. Ainsi, les stigmates du chaos se matérialisent par une iris bleue métal contenant un cercle pourpre tandis que les stigmates de l'esprit apparaissent lorsque son œil droit devient rouge sang.


    L I E N S

    • Famille : Evangeline ne connais pas vraiment sa famille biologique car celle ci fut tuée lorsqu'elle n'avait qu'un an. Elvan, son mentor, la suspecte d'être la fille de sa sœur Adelweïst, princesse héritière de la famille-dynaste Earis et d'un humain de Rubis dont elle était éprise. Dernier représentant de la famille-dynaste, Elvan est donc son oncle ainsi que son dernier parent lié par le sang.
      Evangeline considère Dahren comme son véritable père, à défaut de connaitre son père biologique. Vieux magicien errant, c'est lui qui sauva la jeune fille des guerriers insectes lorsqu'elle n'avait qu'un an.
      Enfin, Evangeline considère l'ordre d'Emeraude comme une autre famille de substitution, notamment en ce qui concerne Arielle et Nero, anciens écuyère et chevalier.

    • Relations [votre réaction face à l'amitié, l'amour, les liens avec d’autres personnages, etc] : Evangeline ne sait pas vraiment comment réagir face à des sentiments positifs tels que l'amitié, l'amour, ou même le fait d'être frères d'armes. Evangeline n'accorde pas vraiment sa confiance au premier venu, ou alors, il faudrait que celui ci ai des points en commun avec elle. C'était le cas avec Arielle, hybride comme elle, avec qui elle s'entendait comme le feraient deux sœurs.


    I N F O R M A T I O N S M A G I Q U E S

    • Pouvoirs : Evangeline a perdu tous ses anciens pouvoirs, notamment sa capacité de perception et ses attaques d’ombre et de lumière, mais son œil magique (d’où elle tire tout ses pouvoirs) a muté pour atteindre son ultime évolution : les stigmates du chaos. De plus, les stigmates ont parasité l’autre œil d’Evangeline, mais à bien plus faible proportion, cette œil possède une capacité de détection appelée les stigmates de l’esprit.

    • Description de vos pouvoirs :
      Stigmates du chaos : sans doute le pire fléau des artisans de la magie, cet œil mystique –relié à une impressionnante quantité d’énergie magique (cf histoire)- donne à son possesseur la capacité de voir les flux de magie (invisibles pour la grande majorité des personnes) et ainsi de pouvoir distinguer ce qui a été touché par une magie, ou de voir que quelque chose à été camouflé par magie par exemple.

      Stigmates de l’esprit : capacité inutile en attaque est trop peu utilisable pour la défense, ces stigmates sont capables de percer à jour les émotions que ressentent les autres. Cela se représente par une aura qu’Evangeline peut voir autour de tout le monde, et dont la couleur et l’intensité représentent respectivement la nature du sentiment et l’intensité de celui-ci présent chez les personnes visées.

      *Pouvoir lié à son sang d'Earis*
      -renforcement corporel : capacité permettant d’augmenter les performances d’une partie de son corps en infiltrant de l’énergie magique pure dans ses muscles à travers son sang. Permet par exemple de renforcer la résistance d’un bras, de diminuer le temps de réaction et de prise de décision du cerveau et booster la rapidité de transmission d’ordre aux membres (courir plus vite, sauter plus haut, esquiver un peu mieux), etc… mais cela n’a pas que des conséquences bénéfiques sur le corps de la jeune fille puisque le membre renforcé est ensuite engourdi durant une durée égale au temps d’activation du sort (exemple : renforcement du bras droit durant 1 minute= engourdissement du bras pendant 1 minutes dès la désactivation du sort).

    • Restriction : chaos : Le pouvoir des stigmates en lui-même ne permet que d’analyser et comprendre comment les flux de magie fonctionnent et n’a donc pas spécialement de restrictions.
      Esprit : aucune restriction particulière, si ce n’est d’avoir la cible dans son camp de vision.

    • Autre :



    H I S T O I R E

    • Histoire :
      Prologue

      Au cœur des montagnes bordant Béryl, une fillette gémissait dans son sommeil, en proie à de multiples cauchemars. Son changement de respiration, plus laborieuse, était infime, cela éveilla pourtant l'homme qui se reposait dans la chambre voisine. Le fait que l'habitation ne soit pas très grande ne jouait en rien dans tout cela, Elvan avait l'oreille fine, et il était toujours aux aguets. Rapidement, il se vêtit et entra dans la chambre de sa protégée. Celle ci avait eut de la chance qu'il ai sentit l'appel magique indiquant sa position: une minutes plus tard elle se serait faite kidnappée -voir tuée- par les soldat insectes patrouillant dans le secteur. Il était dans la nature de l'Earis de secourir les personnes en danger, mais une règle d'or rythmait sa vie: ne jamais se montrer, ne jamais faire éclater au grand jour qu'un membre de son espèce était encore vivant. Cela aurait apporté trop d'ennuis. Il voulu transporter la blessée et la déposer devant une habitation proche, mais cette idée fut avortée lorsque ses mains entrèrent en contact avec l'être: une sensation étrange traversa le corps de l'elfe, comme un torrent d'eau glacé coulant dans ses veines, quelque chose qu'il n'avait pas sentit depuis longtemps.

      La jeune fille dans les bras, il prit une décision, à la fois étonné de cette rencontre est déjà très inquiet pour elle.

      *Bon sang, une autre Earis!*

      Chapitre 01

      Le nom du monde était souffrance...

      Couchée sur son lit, la semi-elfe menait une dure bataille, pas un combat que l'on menait à l'aide de sa force physique et de son équipement, non, le combat d'un esprit contre le gouffre que l'on nomme l'inconscience fatale, la mort. Des milliers d'images de guerres, de sang et de pleurs se déversaient en elle, l'emportant inexorablement vers l'ombre. Evangeline se battait, Alhelujah la soutenait, mais cela n'empêchai pas sa conscience de céder peu à peu du terrain face au néant. Elle se raccrochait à son alter-ego avec l'énergie du désespoir, mais celle ci commença à manquer peu à peu...
      Elvan sentait que sa protégée glissait peu à peu dans l'ombre, il fallait faire quelque chose, et vite. Un bruit l'avertit que Sirion venait tout juste d'entrer dans la chambre. Le loup argenté pris sa place à côté de son compagnon de route, curieux de voir ce qu'il allait faire. Avec un petit soupir, l'Earis du se résoudre à utiliser ses capacités, chose qu'il n'avait pas faite depuis plus de trente ans, le jour de son serment. Concentrant toute son énergie dans ses mains, l'Earis les posa sur le front de la jeune fille en tâchant de retrouver la méthode à adopter. Depuis une trentaine d'années déjà, Elyan avait délibérément bridé ses pouvoirs. Non pas qu'il ne les maitrisait pas, bien au contraire, mais sa naissance faisait de lui un membre de la famille dynaste, une lignée de guerriers spécialisés dans la chasse et l'extermination des unités d'élites ennemies... bien sur, cela incluait les sorciers et autres magiciens du clan adverse. Le haut elfe était né avec le Don, une variante très aléatoire de magie que seuls les Earis pouvaient posséder et contrôler, un Don très fort, l'un des plus grands potentiels de toute l'histoire elfique, mais il fallut que sa naissance se passe dans la famille dynaste. Le jours de ses quarante ans, passage à l'age adulte chez les Earis, le futur chef de clan prononça alors ses vœux de Stynx -le nom des meilleurs guerriers de sa race- et jura de ne plus utiliser quelconque magie.

      Evangeline luttait pour reprendre conscience, elle avait encore trop de chose à faire avant de mourir: revoir Arielle et Néro, achever sa formation, se venger... Soudain, dans les ténèbres de l'inconscience brilla une chaude lumière. Tout d'abord sous la forme d'une étoile lointaine, celle ci enfla de plus en plus et finit par entourer la jeune fille. Quelque chose ou quelqu'un l'appelait...

      Chapitre 02


      Mes yeux s'ouvrirent lentement, comme s'ils n'avaient pas effectué cette action depuis des lustres. La pièce où je me reposais était austère, mais toutes les décorations du monde ne pouvaient surpasser la douceur de la lumière matinale qui passait par la fenêtre. Tout doucement, je me relevai et m'assis dans le lit, quelque chose bougea sur ma droite et j'eus le temps d'apercevoir un bout d'étoffe blanche par l'embrasure de la porte. Un loup, ou quelque chose comme ça, venait de sortir de la chambre, mais vu sa taille je ne pense pas qu'il soit du même type de loups que j'avais rencontré. Des raclements de griffes sur le parquet, de discrets bruits de bottes approchant, j'attendis dans la même position que mon hôte vienne se présenter. Celui ci entra dans la pièce, et mes yeux s'écarquillèrent à sa vue. Cet homme était un elfe, mais possédait une aura bien plus noble que chez n'importe qui d'autre, en outre, il me faisait penser à quelqu'un, une personne que j'avais déja rencontré dans le passé mais dont je ne me souvenait plus. Luttant vainement pour retrouver où je l'avais vu, je baissais les yeux afin de le laisser se présenter.

      -Tu es enfin réveillée à ce que je vois, comment te sens tu?

      -Je vais mieux désormais, je vous remercie...

      -Elvan, je me nomme Elvan Myrdwyn. Comment t'appelles tu?

      -Evangeline Aurion, je suis... écuyère d'Emeraude.

      L'elfe se raidit imperceptiblement à l'écoute de mon nom, quelque chose le tourmentait aussi.

      -Excusez moi, nous sommes nous déjà rencontré auparavant?

      L'homme parut hésiter un instant, comme s'il pesait le pour et le contre de sa réponse. Cette question le préoccupait, on pouvait facilement le voir, enfin, il se décida à parler:

      -En quelque sorte, je connaissais tes parents...

      Chapitre 03


      Deux ans et demi étaient passés depuis ma rencontre avec l'Earis nommé Elvan. Le haut elfe s'était rapidement mis en tête de m'éduquer aussi bien à l'art de vivre qu'à l'art de la guerre selon les gens de son espèce, non, de mon espèce. Car non content de me proposer de terminer mon apprentissage en tant que guerrière, celui ci me révéla beaucoup de choses sur mes origines. Devant tant de similitudes entre nous, aussi bien physiques que comportementales, je ne pouvais nier mon ascendance Earis. Trouvant enfin mes racines, en partie, mon attitude commença à changer vis à vis de mon nouveau maitre. Au départ méfiante et peu bavarde, j'étais venue à le considérer comme un maitre fiable, auquel on pouvait se confier, au bout de trois mois, puis comme un véritable membre de ma famille au bout d'un an. C'était un professeur exigeant, ça, je devais le reconnaitre: c'était un grand guerrier après tout. Mais il existait une proximité entre nous qui faisait que je ne m'offusquait pas de sa dureté pendant les entrainements et qu'il ne se formalisait pas de mes brusques changements d'humeur. L'entrainement dura trois ans, trois longues années passées à perfectionner à la fois mes techniques martiales dans des domaines comme l'épée, le lancer de couteaux, la lance, l'arc et le combat à main nue. Mais mon entrainement magique n'avait pas non plus été négligé, chaque jour je me concentrais vainement sur les exercices que m'avaient enseigné les chevaliers puis, en désespoir de cause, je me tournais vers les techniques de renforcement qu'Elvan m'avait enseigné en corrélation avec mon entrainement de Stynx. En dépit de mon jeune âge, l'Earis m'avait entrainé tel qu'il avait été formé car les haut elfes disparaissaient peu à peu, malgré leur longue longévité, et avec eux, c'était leurs enseignement qui partaient dans le néant. Ainsi mon corps se renforçait peu à peu pendant que mon esprit devenait de plus en plus celui d'un soldat d'élite. J'apprenais à utiliser et faire mienne cette capacité extraordinaire de renforcement corporelle: courir plus vite, porter des choses plus lourdes, voir et entendre plus loin, sauter plus haut... tant de petits plus qui faisaient défaut aux soldats ordinaires.

      Un jour, Elvan m'enseigna quelque chose de très important: les Earis ne combattaient jamais seuls, ils étaient accompagnés par un frère ou une sœur d'âme que l'on appelle un Himerzweï. C'était une race de loups plus grands que la normal dont on dit qu'ils furent créés en même temps que les Earis pour les guider et vivre avec eux en harmonie. Le compagnon d'Elvan, Sirion, en était un, et le mien m'attendait par quelque part dans ce monde. Un Earis, un Himerzweï, telle était la nature et c'est avec cet état d'esprit que j'acceptais un jour les directives d'Elvan:

      -Bientôt, avait il dit, tu devras partir d'ici pour trouver ta propre voie et rencontrer ton compagnon d'âme.

      Je restais silencieuse, j'avais appris à ne plus discuter les propos de mon maitre lorsqu'il était aussi sérieux. Partir... bien sur, arpenter les routes me manquaient dans un sens, la vie de sédentaire m'était confortable pour quelques temps, puis l'appel du voyage m'ensorcelait et me portait vers de nouvelles aventures.

      Epilogue

      Les caresses du vent sur ma peau, le bruit de l'herbe s'aplatissant au gré de mes pas sûrs. Oui, je devais bien l'admettre: mon départ m'avait rendue presque euphorique, c'était là un sentiment qui était bien loin du chagrin qui devait être sensé me tomber dessus après avoir quitter mon maitre. C'était un belle journée aux débuts du printemps: le soleil se chargeait de réchauffer les quelques rares coups de vents frais qui faisaient voler mes cheveux et la nature commençais peu à peu à se réveiller. Un jour où je m'étais décidé, où Elvan ne m'avait pas retenu, trop conscient de mon besoin d'aventures. Un certain sentiment de culpabilité minait quelques fois mon moral: je l'avais laissé dans son vallon perdu alors qu'il n'avait sans doutes eut aucune visite depuis des années. Mais une pensée, non, un enseignement qu'il m'avait dispensé, me revint à l'esprit et annihila mon angoisse: "un Earis n'est jamais seul". C'était vrai, surtout pour lui, puisqu'il avait Sirion pour compagnon. Cette pensée fit monter en moi un sentiment d'impatience: quand rencontrerais-je mon propre Himerzwei? Cette question me tarauda toute une matinée, jusqu'à c que j'arrive à un petit village à l'Est de Béryl. Se retrouver au milieu de tant de gens était quelque peu déroutant pour quelqu'un qui n'avait eut pour compagnie qu'un maitre et son compagnon pendant trois ans, cela me rappela alors les premiers jours du voyage que j'avais entrepris il y a de cela quelques années. Inévitablement, le visage de Dharen me revint en mémoire. Dharen... Mon père adoptif, celui qui me sauva de l'attaque d'Irianeth contre mon village natal, alors que je n'avais pas encore un été, celui qui restaura mon oeil perdu pendant l'attaque. Il ne s'était jamais pardonné son retard et donc ce qu'il avait appelé son "impuissance" et m'avait adopté pour me donner une vie aussi normale que possible. Mais le destin n'en avait pas voulu ainsi, alors que je venais de fêter mes 13 ans, le village où nous habitions fut la cible d'une attaque d'hommes insectes en maraude. Plaçant ma vie plus haute que la sienne, il me cacha dans notre maison et détourna l'attention des assaillants, mais il paya cela de sa vie.


      *Merci pour tout, papa... Je ferais honneur à ton nom.*

      Réitérant la promesse que je m'étais faite lors de mon premier voyage, j'avançais vers mon destin. Enfin, ce n'était pas tout à fait exact...

      *NOUS ferons face au destin. Tu n'es pas seule.*

      Opinant de la tête, je me corrigeai mentalement. Alhelujah était avec moi, la présence de l'ancien chevalier d'Emeraude était devenue quelque chose de si famillier en moi que je parvenais presque à l'oublier. Son expérience m'étais très utile, aussi bien dans le domaine des armes que dans celui de la magie. Bien sur, j'espérais retrouver mes pouvoirs, je les sentais quelques part en moi, scellés, mais à défaut, je pouvais me servir de ces connaissances pour me protéger des magies qui m'étaient néfastes.
      -Allons y Alhelujah, le destin n'attend pas!



    C A R T E D ' I D E N T I T É

    • Prénom [ou pseudo] : Kitsune
    • Âge : 19 ans
    • Où as-tu découvert LK? : J’étais là durant la seconde version du forum
    • Qu’en penses-tu? : J’aime toujours autant ^^
    • As-tu lu et signé le règlement? : of course Smile
    • Le code : As mulheres continuam a ganhar
    • Qu’est-ce qui t'a motivé à t'inscrire? : hum, une soudaine envie de revoir mes amis les chevaliers ^^
    • Comment trouves tu l'ambiance? : pour l’instant, pas trop d’avis
    • Auras-tu besoin d'une personne pour t'aider? Non ^^




Dernière édition par Evangeline Aurion le Dim 3 Avr 2011 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardec
•The Unf○rgiven•
avatar

Masculin
Nombre de messages : 383
Âge : 27

Feuille du Personnage
Âge: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Evangeline Aurion, come back    Ven 25 Mar 2011 - 13:27

Rien à dire à part de faire attention au power trip.

Accepté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Aurion

avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Âge : 26
Maître : la Vie

Feuille du Personnage
Âge:
Relations:

MessageSujet: Re: Evangeline Aurion, come back    Ven 6 Mai 2011 - 9:27

Mythes et légendes du peuple Earis (au cas où quelqu'un veuille jouer un de ces hauts elfes, il doit avoir en mémoire ces histoires transmises par ses aïeux ^^): (en cours)

Le pacte des Himerzwei

De tout temps, les Earis se cachèrent des yeux de tous les autres peuples, veillant jalousement à ne pas révéler leurs capacités inégalées dans les domaines de l’épée et de la magie. Jamais les peuples libres ne furent au courant de leur existence mais cela ne voulait pas dire qu’ils étaient seuls. Depuis la nuit des temps, un peuple d’esprits les accompagnait. Ceux-ci n’avaient pas de nom : existences éphémères, ils étaient promis à l’extinction. La situation n’échappa pas Cézanée, chef du conseil, pour qui l’existence de ces esprits était vitale au peuple elfique. Réunissant les meilleurs magiciens, ils invoquèrent les forces de la nature et leur demandèrent de sauver leur alliés de toujours, prière fut entendue et les esprits sans nom se réincarnèrent dans des corps faits pour eux, de cette lointaine époque naquit le nom d’« Himerzwei », les Incarnés. Touchés par cet acte de bonté, les Himerzwei conclurent un pacte avec les Earis : pour chaque elfe naissant, un Incarné se liera au nouveau né et l’accompagnera tout au long de son existence. Ainsi le contrat fut fait, et les deux peuples trouvèrent cela fort profitable.

Cieli de la forêt

Fille de Cézanée, Cieli fut adorée par son peuple dès sa naissance. Bien que n’étant pas native de la famille Dynaste, elle devint tout de suite la princesse du peuple Earis au même titre que les enfants Dynastes. A l’adolescence, Cieli passait son temps dans les forêts, s’occupant de tout ce qui y vivait. Protectrice de la nature, elle n’en était pas moins une grande chasseresse dont l’adresse à l’arc était contée à travers toute la forêt. Bien qu’affectueuse envers les Himerzwei, elle n'avait pas encore de compagnon d’âme, son existence n’était partagé par personne. Un jour, alors qu’elle chassait un sanglier prit de folie, les pas de la haute-elfe la menèrent à la lisière de la forêt, tout proche d’un petit village isolé à l’Est de Fal. Elle allait tourner prestement les talons lorsqu’un éclat de voix lui fit dresser ses oreilles pointues sur la tête : quelqu’un appelait au secours, c’était très proche. Bondissant à travers le sous-bois, elle arriva très vite sur les lieux et se trouva en compagnie d’un jeune humain terrifié. Malheureusement, celui-ci n’était pas seul : le sanglier que l’elfe avait pisté se trouvait en face et commençait à charger sa cible tremblante de peur.

Cieli était la plus grande chasseresse de son peuple, une unique flèche stoppa définitivement la bête dérangée. Curieuse, la jeune fille s’approcha de celui qu’elle avait sauvé : elle s’était toujours demandé à quoi ressemblait ce peuple dont la jeune fille avait été contrainte de se méfier. C'était un adolescent aux cheveux brun et aux yeux d'ambre. Plutôt intéressant comparé au reste de ses congénères, bien plus intéressant aux yeux de la jeune Cieli... Celle ci ne connaissait pas le langage des hommes car aucun de ces congénères n'avait assez approché les humains pour apprendre leur langue, mais par des gestes, elle lui fit comprendre qu'elle l'avait sauvé. Rendu muet par cette apparition soudaine, le jeune homme crut tout d'abord qu'il s'agissait là de l'apparence qu'avait prit un dieu pour épargner sa propre vie et tomba éperdument amoureux de la chasseresse. De son côté, Cieli était troublée: devant elle se tenait un homme, un être dont elle avait apprit à se méfier, mais étrangement, elle se sentait liée à cet humain. De retour auprès des siens, elle ne pensait plus qu'au jeune chasseur qu'elle avait sauvé: bien que proche des siens, cette rencontre avait laissé un grand vide en elle que même les Hinerzwei ne furent pas en mesure de combler.

Un jour, alors qu'elle chassait seule dans les bois, le destin lui permit de revoir l'humain hantant ses rêves. Les Earis étant ce qu'ils étaient, Cieli pu sans peine se rapprocher de lui sans éveiller son attention.
[en cours]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangeline Aurion, come back    

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangeline Aurion, come back
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: . Personnages . :: ● Présentations des personnages :: » Défenseurs Indépendants-
Sauter vers: